Des peuples du Sahara

Par Sauhib Mabruk

Dans le plus grand désert au monde ou le Sahara, vit une population spécifique. Ces gens y bougent en toute liberté, ils ne connaissent pas de frontières géographiques, et ne sont ni de nationalités différentes, ni influencés par la globalisation d’aujourd’hui. Ce peuple m’intéresse. Il représente une composante culturelle importante pour moi parce que je suis de l’origine Libyen, mais aussi grâce à ma fascination pour le Sahara, un espace vague, ambigu, mystérieux et parfois dangereux.
Situé entre cinq pays, le Niger, le Mali, la Libye, l’Algérie et le Burkina Faso, le Sahara est leur “maison”. Leur nom est les Touaregs, un mot arabe qui signifie selon quelques lettrés, “être abandonné (de Dieu)”. Ils se nomment cependant eux-mêmes Kel Tamashaq qui signifie en leur langue selon quelques sources “ L’homme libre”. Leur langue descend de l’origine berbère et son type d’écriture s’appelle Tifinagh. Leur nombre n’est pas clair, mais des estimations nous disent que leur nombre est entre 300 000 et 1 million. Ils sont aussi connus comme “ le peuple bleu du Sahara” à cause des voiles bleus portés par les Touaregs, les hommes en particulier. Pour survivre, ils font de l’élevage de bétail, de l’agriculture, et du commerce. Les marchands touaregs étaient responsables de créer une route commerciale à travers le Sahara entre le sud et le nord. Leur commerce dépendait de l’apport des marchandises comme des objets de valeur qui  prenaient un peu de place et avec lesquels ils pouvaient faire un gros profit, comme: l’or, l’ivoire et le sel.

Le chameau est très important pour eux. Ils l’utilisent pour faire le commerce, pour bouger et pour apporter des choses. Le commerce des caravanes existe  encore aujourd’hui, mais moins qu’avant. Pendant cinq à sept mois chaque année, les Touaregs voyagent en caravanes à chameaux pour acheter ce dont ils ont besoin  et aussi ce qu’ils vont utiliser pour leur commerce.

Pendant l’époque pré – coloniale, les communautés touaregs  étaient rurales et nomades. Elles habitaient dans leurs tentes. Aujourd’hui, presque la moitié des Touaregs vivent dans les zones urbaines comme Tombouctou, une ville au Mali, et l’autre moitié d’entre eux habitent encore dans des communautés rurales. Il y a des types différents de communautés rurales, mais une communauté rurale comprend principalement six à dix tentes nomades. Ces tentes sont normalement plantées pour un temps temporaire pour suivre les troupeaux à la recherche de pâturages.

Dans leur culture, les Touaregs apprécient les arts visuels et auditifs. La musique, les chants, la poésie et les contes occupent une place fondamentale dans la vie touarègue et demeurent également les meilleurs garants de son identité. Les Touaregs ont des types différents de musiques, poésie, poèmes et chansons qui correspondent à des événements particuliers comme le mariage, les rites de passage et les fêtes laïques. Les hommes et les femmes d’origines sociales différentes dansent ensemble, ils font de la musique vocale et instrumentale, mais les genres différents de musique et de danses et instruments distincts sont associés aux strates sociales des personnes qui les font. Les fêtes traditionnelles touarègues comme le festival du désert, le fête de Sabiba, et le festival de tourisme de Ghat offrent une vraie occasion pour découvrir la culture touarègue.

             

Depuis la formation des états nationaux de l’époque coloniale, les Touaregs se confrontent à  plus  de problèmes concernant leur mouvement. Il subissent plus de restrictions. Mais les Touaregs continuent d’essayer de garder leur mode de vie malgré ces restrictions et leur marginalisation. Ce peuple libre et modeste mérite tout le respect et l’admiration en raison de son amour du désert et sa détermination de préserver son identité culturelle malgré la pression des états et des gouvernements.

Ressources:    

https://www.flickr.com/photos/aysha_bibiana_balboa/4991288269/in/photolist-8B4E7i-dQwhaP-3nLN79-5Auv2g-dQBSUA-bQoF7-8C6GXC-a2T6eP-4EmrHX-dQBT6U-bQoFw-bQoBx-7JM3ir-N3NwM-6ACcqN-fLKMZ-bQox3-dQwhEc-bQoB1-bQo3V-3nLNvA-oCd15d-dQwgXi-bQnK5-3nGh6H-q43xsB-bQojU-9j7PQv-bQoHq-bQowg-3nGi6M-8EqRD-rzu4aA-dQwh7H-dQwhua-dQBTH1-96zjZS-bQoit-4SDM2J-2PNXPf-bQnSd-8B6FCd-fWBqX-bQon9-bQo7j-bQoBS-6TBXNY-96zjWN-6KNE3g-bQohF/ 

https://www.flickr.com/photos/bradwatsonmedia/8434494983/

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Sebiba_Touareg_Exhibition,_Djanet_(Alg%C3%A9rie).jpg 

https://www.flickr.com/photos/poolej/6347552697/

http://www.bradshawfoundation.com/tuareg/

http://www.cosmovisions.com/ChronoTouareg.htm

http://www.pri.org/stories/2011-10-29/tuaregs-5-things-you-need-know

http://fr.hellokids.com/c_16031/lecture/reportages-pour-enfant/culture/les-touaregs-peuple-du-desert

http://mediathequeancenis.bibli.fr/dnums/Livret_Touaregs.pdf

http://www.encyclopedia.com/social-sciences-and-law/anthropology-and-archaeology/people/tuareg

http://www.asmat.eu/scripts/article.php?Article=211-tuaregs-people-from-desert

http://www.everyculture.com/wc/Mauritania-to-Nigeria/Tuareg.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *