Les Haenyo, des plongeuses Coréennes

par Yeongju Kang

J’ai discuté dans un cours sur le phénomène que les femmes quittent leur travail après le mariage, alors j’ai réfléchi à un métier spécial qui s’appelle Haenyo et où les femmes qui continuent uniquement à travailler jusqu’à leur mort en Corée du sud.

800px-haenyo_8101

Les Haenyo sont uniquement les femmes plongeuses qui descendent à vingt mètres pour récolter coquillages, algues et poissons. Elles se mettent à travailler depuis l’âge de l’adolescence jusqu’à la mort dans la province de l’île de Jeju qui se trouve dans le sud de la Corée du sud. On peut les voir au bord de la mer de l’île de Jeju.

Le 1 décembre 2016, la culture de «haenyeo» a été baptisée «Patrimoine culturel immatériel de l’humanité» par l’UNESCO car les femmes actives jouent un rôle majeur dans la cohabitation de leurs familles et ont des modes de vie en harmonie avec la nature.

Elles sont toujours considérées de chef de la famille dans la société du patriarcat. Jusqu’au XIXe siècle, c’étaient les hommes qui gagnaient de l’argent en tant que plongeur. Lorsque les hommes ont dû payer de lourdes de taxes pour cela, ce n’était plus rentable, en revanche,  pour les femmes, ça le restait. Donc, à partir de ce moment-là, un grand nombre de femmes se sont jetées à l’eau parce que la pêche est devenue un secteur important de l’économie en Corée. Et puis, elles sont devenues les “chefs” dans leur famille. Au contraire, les hommes s’occupaient des enfants et des courses pendant que leur femme travaillaient comme Haenyo. C’était une vraie révolution parce que les femmes étaient traditionnellement traitées comme inférieures. 

399px-haenyo_8102

Elles sont connues pour plonger et pour pêcher cinq heures par jour sans bouteille d’oxygène. Chaque plongeuse a son propre panier flottant qui flotte à la surface alors qu’elle travaille au-dessous. Et aussi, pour des raisons biologiques, les femmes supportent naturellement mieux la pression de l’eau que les hommes c’est pourquoi elles peuvent rester plus longtemps dans l’eau froide. Maintenant elles portent une combinaison de plongée, mais avant elles plongeaient avec des vêtements de coton. Elles travaillent environ 15 jours par mois, quand les vagues sont calmes. Autrefois, il y avait 30 000 haenyo sur l’île, aujourd’hui elles sont à peine cent cinquante à Jeju dont 80% ont plus de 60 ans. Comme l’exportation des produits de la mer vers Japon a commencé dans les années 1970, cela les a rendu riches, en conséquence, elles pouvaient envoyer leurs filles à l’école. Cependant cela cause aussi une disparition de cette activité sur la mer, car leurs filles voudraient travailler dans l’industrie du tourisme de l’île ou dans les grandes villes en raison de leur éducation. Elles ne veulent plus rester dans l’île comme la génération de leur mère ou leur grand-mère. Avant ça marchait bien, c’est à dire qu’elles gagnaient beaucoup d’argent, mais aujourd’hui non. Il n’est donc pas étonnant que  les jeunes filles d’aujourd’hui dans mon pays choisissent un autre métier.

http://www.la-croix.com/Actualite/Monde/Le-metier-de-haenyos-ou-femme-plongeuse-en-Coree-_NP_-2013-02-10-909543

http://www.courrierinternational.com/article/2005/10/13/jeju-l-ile-des-sirenes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *