Iochkar-Ola: La ville de mon cœur.

par Anna Novoselova

La Russie est un espace inépuisable de paysages sans fin pour découvrir la culture, les traditions, une  magnifique nature et de nouvelles émotions.

Quand on parle de la Russie on pense toujours aux grandes villes comme Moscou ou Saint-Pétersbourg. Ce sont des villes connues dans le monde entier. Mais, il faut comprendre qu’aujourd’hui dans cette époque de développement de l’économie et de progrès technique, on ne peut pas garder la vraie culture dans les grandes villes qui sont devenues plus modernes et ont adopté un mode de vie plus international.

A mon avis, ce sont les petites villes qui sauvegardent vraiment la culture et les traditions de la Russie et de telles villes sont nombreuses en Russie.

Dans ma vie aussi , il y a une ville qui est très proche pour moi et que je garde pour toujours en mémoire. Cette ville qui a une grande histoire et où l’on peut voir des paysages magnifiques, est Iochkar-Ola (Йошкар-Ола, “la ville rouge” en langue mari).

Au seizième siècle, dans les années quatre-vingt, a été créé une citadelle qui était située au bord de rivière Malaïa Kokchaga (Petite Kokchaga – Малая Кокшага), et en 1781 le statut de cette citadelle est devenue celui d’une ville. Aujourd’hui, Iochkar-Ola est la capitale de la république de Mari El. Elle est un des centres de la culture des peuples finno-ougriens (c’est un groupe de peuples d’Europe qui parle des langues finno-ougriennes, tels que les peuples fenniques (Finnois, Estoniens) et ougriens (Hongrois)) et aussi c’est le centre administratif du peuple Mari (Марийцы).

Le peuple Mari a conservé l’originalité de sa culture: mélodie des chansons,  rythme des danses, aspect particulier des vêtements, c’est pourquoi Iochkar-Ola reste le centre de la culture de la République de Mari El. Chaque année dans le Parc de Loisir on organise deux grandes fêtes nationales “La fête de bouleau russe” (Праздник Русской березки) et Peledich Pairem (Пеледыш Пайрем “la fête de fleurs” en langue mari). Aussi, on célèbre le jour de la ville avec des programmes de divertissement pour toute la journée et un feu d’artifice pour finir.

Iochkar-Ola est assez riche en curiosités. Il y a cinq théâtres:  Le Théâtre de l’opéra et du ballet Erique Sapaïev (Марийский государственный театр оперы и балета им. Эрика Сапаева, fondé en 1968), Le Théâtre dramatique russe (Академический русский театр драмы им. Г. Константинова, fondé en 1937), Le Théâtre national Chkétan (Марийский национальный театр драмы им. Шкетана, fondé en 1919), Le théâtre de république de marionnettes (Республиканский театр кукол, fondeé en 1942), Le théâtre de jeunes spectateurs (Театр юного зрителя, fondeé en 1991).

Dans la ville il y a beaucoup de musées et les plus importants parmi eux sont: le Musée de l’histoire de la ville de Iochkar-Ola (Музей истории города Йошкар-Олы), le Musée National de la République de Mari El Evseiev (Национальный музей Республики Марий Эл им. Тимофея Евсеева), la Galerie d’art national (Национальная художественная галерея), le Musée de république des Beaux-Arts (Республиканский музей изобразительных искусств). Dans ces musées il y a toujours des expositions des peintres russes et étrangers. Les habitants et les hôtes de la capitale visitent volontiers les musées.

Le peuple de cette république est très religieux c’est pourquoi on peut voir des églises orthodoxes: l’église de Sainte Trinité (Храм Святой Троицы, 1736), La cathédrale Voznéssenskiy (La cathédrale de l’Ascension, Собор Вознесения господня, 1756), La cathédrale Voskréssenskiy (Собор Воскресения Христова, 1759), Le temple Uspenskiy (le temple de l’Assomption, Храм Успения Пресвятой Богородицы, 2006). Certaines églises ont été détruites après la Révolution de 1917, après elles ont été restaurées et elles sont actuellement en activité.

Au centre historique de la ville on peut voir un espace entouré de murs et de tours qu’on appelle le Kremlin qui a été créé pour garder les souvenirs de l’histoire de la ville quand elle était une citadelle. Ici, il y a une exposition qui présente l’histoire de Iochkar-Ola. On peut passer de la Citadelle sur le quai: les uns l’appellent le quai de Hollande, les autres le quai de Venise, mais il s’appelle le quai de Bruges (Набережная Брюгге). Il se trouve sur le rivage Malaïa Kokchaga et il a été construit dans le style flamand, où on peut voir des petites maisons avec des toits colorés. Il semble qu’on se trouve sur le quai dans la ville Bruges en Belgique.  Ici on peut dire que Iochkar-Ola est une ode à l’Europe.

La capitale est la ville jumelée à deux villes étrangères – Sombatkheï (Hongrie) et Bourges (France). Le 22 octobre 2005 c’est la date de la signature du traité de jumelage avec la ville française, Bourges. Mais les premiers contacts avec cette ville ont été établis il y a  plus de vingt ans et la Charte de l’amitié a été signée il y a quinze ans. Depuis l’an 2000 à Iochkar-Ola fonctionne le Centre culturel français de la République de Mari El.

Aujourd’hui Yoshkar-Ola grandit et s’embellit. Cette province russe possède le charme particulier des grands espaces: de beaux immeubles, des squares verts,  de larges avenues, des ponts modernes sur la Malaïa Kokchaga qui donnent à Iochkar-Ola un aspect exceptionnel. Ce n’est pas par hasard que le nom de Iochkar-Ola a été attribué à une petite planète de l’univers (une petite planète dans le cosmos porte le nom “Iochkar-Ola”).

http://visitola.ru/index.html

https://fr.wikipedia.org/wiki/Iochkar-Ola

http://www.pokurortam.ru/12041224197513/

https://fr.wikipedia.org/wiki/(2910)_Yoshkar-Ola

photo de Slava STEPANOV: http://gelio.livejournal.com/220342.html

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *