La réunion de la terre et de l’eau

Par Max Reinhardt

Connu comme la plus grande réunion de terre et d’eau dans le monde, Big Sur fait partie de la côte californienne et s’étend à environ 110 kilomètres. Le nom original de Big Sur était “el pais grande del sur” (« le grand pays du sud » en espagnol). Big Sur se trouve entre les villes de Carmel et San Simeon à l’endroit où les montagnes de Santa Lucia rencontrent l’océan Pacifique. Le point le plus élevé à Big Sur, le “Cone Peak”, mesure 1,571 m et se trouve à seulement 5 km de l’océan.

Ce qui est unique à propos de Big Sur c’est que cette région est la plus reculée de la Californie au point de vue du développement.  En effet, elle est placée sous la protection du « Big Sur Coastal Program » (Programme côtier local de Big Sur). Ce programme a été mis en place pour restreindre le développement. Il a été approuvé en 1981 et il est toujours considéré comme l’un des programmes les plus restrictifs de son genre. En tout cas, environ 60% de la région est sous la juridiction du gouvernement ou d’une agence privée qui n’autorise aucun développement. Quand on visite Big Sur, on a vraiment l’impression que cet endroit est encore complètement intact.

Au 20ème siècle, de nombreux écrivains et artistes américains comme Henry Miller, Ansel Adams*, Hunter S. Thompson*, et Robinson Jeffers* ont trouvé leur inspiration à Big Sur. L’écrivain célèbre Henry Miller a vécu à Big Sur pendant vingt ans. Pendant son séjour, il a écrit “Big Sur and the Oranges of Hieronymus Bosch” qui décrit les joies et les épreuves qu’il a vécues après s’être échappé de la vie moderne. En 1981, la bibliothèque Commémorative Henry Miller a été ouverte à Big Sur en son hommage.

Comme Big Sur est à seulement une heure et demi en voiture de mon université, Cal Poly à San Luis Obispo, j’essaie d’y aller au moins une fois par mois pour me perdre dans les forêts de Séquoias que l’on y trouve.  Pour moi, explorer Big Sur me permet d’échapper à la vie quotidienne, même si c’est juste pour un petit moment. C’est une occasion de retrouver un autre côté de la vie. Pour y arriver il n’y a qu’une seule route: Highway 1. Les stations-service sont rares et très chères. Il n’y a pas un très bon réseau internet. Et alors qu’il y a des hôtels pour passer la nuit, avec mes amis nous préférons  camper à Big Sur.  Par conséquent, il faut bien se préparer pour y aller. Pourtant, toute la préparation en vaut la peine.  En arrivant à Big Sur on se rend immédiatement compte de quelque chose de très spécial.

Malheureusement, le pont du canyon Pfeiffer s’est effondré le mois dernier après que des orages ont causé un glissement de boue important. Selon les experts, il faudra au moins neuf mois pour construire un nouveau pont. La seule façon de traverser le canyon maintenant est en hélicoptère. Presque tous les hôtels, les restaurants et les parcs d’État à Big Sur sont fermés pour le moment. Le département de transport de Californie a prévu que le nouveau pont serait construit d’ici le mois de septembre.

Si vous êtes en Californie et que vous avez la chance d’avoir une voiture, vous devriez visiter Big Sur. Mais en fait, je ferais mieux de ne pas trop parler aux autres de ce lieu magique.

* Ansel Adams était photographe, Hunter S. Thompson était écrivain, et Robinson Jeffers était poète.

http://www.bigsurcalifornia.org/

https://henrymiller.org/

http://www.sfgate.com/news/article/After-devastating-storms-new-trail-reconnects-11041466.php

http://www.smithsonianmag.com/travel/big-surs-california-dreamin-125475815/

https://web.archive.org/web/20100617070622/

http://sulcus.berkeley.edu/wjf/m/NaturalHistoryOfBigSur.pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *