Des réalisatrices coréennes

par Hyunjoo Ha

Légende 1. La première réalisatrice coréenne devant la caméra.

Si vous vous intéressez au cinéma coréen, vous avez déjà entendu certains noms des réalisateurs : Kwon-Taek Im dont ses films représentent celui de style coréen classique, Sang-Soo Hong à qui le festival de Cannes s’attache, Ki-Duk Kim qui est un lauréat du festival de Venise. Toutefois, bien que vous soyez cinéphile, intéressé par-dessus tout par les films asiatiques, il n’y a pas d’occasions suffisantes pour découvrir des réalisatrices coréennes. Malgré le fait que les femmes représentent la moitié de la population coréenne, que 11 % (1) des réalisateurs sont des femmes. Je voudrais donc vous présenter quelques réalisatrices coréennes qui sont importantes pour le cinéma coréen.

 

Légende 2. En novembre 2017, son livre a été publié pour la première fois en Corée.

Nam-ok Park, la première réalisatrice en Corée (2), naît en 1923, travaille comme journaliste après avoir été diplômée de l’université. Ensuite, elle débute sa carrière en tant que monteuse et scénariste à une compagnie de cinéma. En 1955, elle tourne ‘Une veuve’, son premier et dernier film. Le film n’a pas seulement montré avec beaucoup de délicatesse des émotions des femmes dans le regard des femmes, mais également reçoit la réputation de présenter des fragments de vie plus réalistes. En tant que femme à l’époque, ses débuts de réalisatrice sont très difficiles, elle ne peut donc pas trouver d’investisseur, emprunter de l’argent à sa famille pour amasser des fonds pour la production et s’occuper de son enfant en même temps.  Elle réalise un seul film dans sa vie, mais il convient de rappeler son nom comme première réalisatrice dans une société profondément masculine.

 

Légende 3. Soon-rye Yim, qui est réalisatrice et la représentante d’une ONG de protection des animaux.

La réalisatrice représentative coréenne, Soon-rye Yim (3) est reconnue à la fois pour sa réussite artistique et son succès commercial. Né en 1960, après avoir terminé ses études en littérature anglaise à Séoul, elle étudie le cinéma à l’université Paris 8. Pendant ses quatre années en France, elle voit plus de mille films. Après le succès de son premier court métrage, ‘Flâner un jour de pluie’, qui montre le quotidien d’une célibataire de 30 ans qui travaille à la billetterie dans une salle de cinéma, elle continue de réaliser des films délicats à propos de femmes et d’animaux. Elle est également la représentante de KARA (4), une ONG de protection des animaux.

 

Légende 4. L’affiche du film, ‘Le meilleur de notre vie’.

Elle considère que  la sensibilité au respect de la vie se réfère à celle aux droits de la personne. Basé sur l’histoire des joueurs de l’équipe nationale de handball féminin qui ont participé aux jeux olympiques d’Athènes en 2004, ‘Le meilleur de notre vie’ reçoit le grand prix au Blue Dragon film festival, le plus grand festival de film de Corée.

 

Légende 5. L’affiche du film, ‘Pas de secret’.

En 2016, un film est sorti, pour lequel la réaction du public était clairement différente : d’un côté, le jeu et la mise en scène ont été jugés excessifs (5). De l’autre côté, la manière était considérée tellement intéressante. Le nom du film est ‘Pas de secret’ de Kyung-mi Lee, qui remporte le prix du  cinéma féminin et le prix public au festival du film coréen à Paris (6). Cette réalisatrice, qui a décidé de tourner son film après avoir vu ‘Le grand bleu’ de Luc Besson, ne produit que deux longs métrages, mais il vaut la peine de la noter : au lieu des formes brillantes et divertissantes  que la plupart des films coréens visent, elle montre des personnages complexes et une mise en scène minutieuse.

 

Quatre des dix films français que j’ai regardés le mois dernier étaient des œuvres d’une réalisatrice. Dans le cinéma français, il n’est pas difficile de voir un film réalisé par une réalisatrice, ainsi qu’un film dont le personnage principal est une femme. Même si je suis coréenne et s’il est difficile de mémoriser les noms des Français pour moi, je peux parler davantage des noms des réalisatrices françaises que ceux des réalisatrices coréennes. Je voudrais voir plus de films des réalisatrices coréennes au cinéma.

 

Les sources

  1. http://www.nocutnews.co.kr/news/4860221
  2. http://www.hani.co.kr/arti/culture/book/817274.html
  3. https://en.wikipedia.org/wiki/Yim_Soon-rye
  4. http://news.khan.co.kr/kh_news/khan_art_view.html?artid=201105232114005
  5. http://news.chosun.com/site/data/html_dir/2016/06/28/2016062800142.html
  6. http://www.ffcp-cinema.com/archives/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *