Les mariages des ethnies minoritaires au Viet Nam

par Bao Trinh Mai

            Le Vietnam est un pays multi- ethnique, on compte environ 54 groupes ethniques distincts. La plupart de la population vietnamienne est Viet ( officiellement, Kinh) qui représente 86%, et les 53 ethnies minoritaires qui restent, sont distribuées surtout à la montagne du Nord. Comme on a un grand nombre d’ethnies minoritaires, on a des moeurs, des coutumes abondantes qui créent une culture multiforme au Vietnam. Et aujourd’hui, je vais vous présenter un mariage traditionnel chez les Viet et quelques moeurs de mariage dans les minorités ethniques au Vietnam.
            D’abord, avant le mariage traditionnel, les deux familles se rencontrent pour choisir la bonne date et l’heure du mariage (le signe de prospérité et de bonne chance). Pour les costumes, en général la mariée porte le “ ao dai” traditionnel ou les robes de bal  et le marié porte le costume européen. Pour préparer la cérémonie, on prépare chez la mariée un banquet qui se décore avec des fleurs, de la soie qui ont des couleurs rouges ou roses . Et la famille  va inviter les proches, les voisins pour fêter cet évènement avec la famille. Après, le marié arrive à l’heure avec des boîtes rondes laquées rouges, ceux où se mettent du thé, du vin, des pâtisseries, des fruits, une paire de bougie, des feuilles de bétel et des noix d’arec et il les donne à la famille de la mariée. Puis, c’est l’échange des bagues et les deux familles offrent des présents à la mariée comme des colliers, des boucles d’oreilles, des bracelets en or. Pour finir, on va faire la fête avec des amis, des proches et des voisins chez le marié ou dans la salle de mariage du centre de congrès.


         A l’inverse du mariage traditionnel, on a des moeurs très connues aussi à Nord-Ouest dans l’ethnie minoritaire Hmong , qu’ appelle “ L’enlèvement de la femme”.  C’est à dire que  si un homme est tombé amoureux d’une femme, pendant le marché au printemps, cet homme peut “attraper” cette femme en public et l’emmener chez lui avec l’aide de ses amis. La règle est de ne  pas faire du mal à la femme. La femme va rester trois jours chez l’homme et après trois jours si elle est d’accord, ils vont se marier. Sinon, elle rentrera chez elle comme si rien ne s’était passé.

          Et pour l’ethnie Muong, il y a  une coutume  qui s’appelle “ visiter et dormir”, l’homme célibataire peut venir dormir chez la femme dont il est tombé amoureux , pourtant il faut avoir des témoins comme un membre de la famille ou les proches de cette femme. De plus, quand il arrive le soir , la chambre a encore la lumière , cela veut dire qu’elle est toute seule , qu’il peut y entrer par le forcement de la porte (obligation) , et après cinq fois si tous les deux sont  d’accord  ils peuvent célébrer le mariage. De l’autre coté, à chaque visite  les deux gens n’ont le droit que de se parler pas de se toucher.

         Selon des moeurs de l’ethnie Thai, les hommes qui veulent se marier, doivent aller chez les femmes en apportant seulement un couteau pour travailler et y  rester trois mois la- bas. Après trois mois, si les parents de celles-ci sont  d’accord,  ils continuent d’habiter chez eux dans pendant trois ans. Après trois ans, ils peuvent aller à l’autel du mariage. Et après le mariage, le marié aura la permission d’emmener sa femme chez lui,  même si après il doit encore rester chez la mariée d’un an a dix ans.

         La voisine de l’ ethnie Hmong, l’ethnie Giẻ Triêng a aussi une coutume très intéressante. Si les filles dépassent 15 ans, elles doivent penser à aller à la forêt pour abattre des bois parce que c’est des cadeaux spéciaux qu’elles vont donner à leurs futurs beaux parents. Parmi l’ethnie Giẻ Triêng on dit qu’on peut voir le caractère d’une fille, si elle est capable ou elle est maladroite , en observant les bois qu’elle a coupés . Par ailleurs, le mariage de cette ethnie est divisé obligatoirement en deux parties  : les fiançailles et le mariage . Les fiançailles se célébrent le soir, alternativement chez le marié à chez la mariée en secret, les invités sont juste des gens intimes de la mariée et du marié. Après avoir choisi la bonne date, le mariage se célébre le jour et l’affaire importante, c’est le transfert des cent fagots de bois de chez la mariée à chez le marié. Par d’ailleurs, le marié va donner une cuisse de cochon, du riz, du sel, du piment et une bouteille de vin pour rendre la politesse à la mariée.  

         Enfin, tous ces moeurs existent depuis longtemps, de génération à  génération, chaque coutume colore le caractère national et qu’il fait saillir des points intéressants et distincts personnellement de chaque ethnie minoritaire. Peut-être aujourd’hui, les moeurs changent un peu mais tous respectent encore la règle générale comme la couleur, le costume, la dot, le cadeau, etc… Pourtant, comme l’ethnie Gie Trieng, on a baissé le nombre de cent fagots de bois à  dix ou quinze fagots de bois pour s’adapter à la vie actuelle et protéger l’environnement aussi.

Sources:

http://m.vovworld.vn/vi-VN/sac-mau-cac-dan-toc-viet-nam/tuc-cui-hua-hon-trong-cuoi-hoi-cua-nguoi-gie-trieng-519279.vov#ref-https://www.google.fr/

http://dantri.com.vn/su-kien/nhung-phong-tuc-cuoi-hoi-ki-la-chi-co-o-viet-nam-20160926162020914.htmhttp://m.vovworld.vn/vi-VN/sac-mau-cac-dan-toc-viet-nam/tuc-cui-hua-hon-trong-cuoi-hoi-cua-nguoi-gie-trieng-519279.vov#ref-https://www.google.fr/

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *