La Magie mortelle de la Vallée de la Mort

Par Annie HEINZ

Je viens du sud de l’état de Californie aux Etats-Unis, où l’on ne trouve jamais le désert loin de soi. Depuis que je suis petite, mon père m’a emmenée à des voyages pour visiter ses lieux déserts préférés, puisqu’il reste toujours un homme du désert. Mais de tous les paysages déserts que j’ai vus, aucun ont dépassé les terres à l’abandon qui constituent Death Valley. Située près de la frontière Californienne-Nevadienne, cette vallée est un site de mines abandonnées, de vues montagneuses fantastiques, et de villes fantômes. Cependant c’est aussi un endroit de chaleur infernale, de crues subites, de vents extrême, de  salants interminables, de canyons béants, et de peu d’eau. On a la sensation que la mort n’est jamais très loin si on n’est pas prudent.

 

L’histoire de cette région est curieuse et colorée, et souvent plutôt triste. Lorsque l’or a été découvert en 1848 dans la ville de Sacramento dans la Californie du nord, un groupe malheureux de chercheurs d’or se sont perdus dans la vallée en 1849, pendant qu’ils cherchaient un raccourci à travers le désert pour arriver à Sacramento. Avant cette découverte fortuite, personne ne connaissait la vallée hormis quelques tribus d’indiens Shoshones. En croyant que la vallée était une route qui couperait environ 800 kilomètres de leur voyage, les chercheurs ont passé plus que deux mois dans la chaleur infernale, à  mourir de soif et à s’escrimer à retrouver une sortie de la vallée — ils consultaient une carte fallacieuse. Des canyons et des chaînes de montagnes ont bloqué souvent la progressions des chercheurs, qui avaient des chariots bâchés, et ils ont été obligés donc de contourner ces obstacles. Ils ont été forcés de laisser derrière leurs chariots bâchés, la plupart de leurs possessions, et d’abattre leurs boeufs pour pouvoir tenir. Quand ils ont gagné enfin le bout de la vallée, on dit qu’un prospecteur a dit « Adieu, Death Valley » , donnant ainsi à la vallée son épithète morbide.

 

Au tournant du vingtième siècle, le personnage le plus connu de l’histoire de la vallée s’appelle Walter Scott, ou « Death Valley Scotty » , a fait son apparition. Un homme habile et astucieux — en effet un escroc — il a convaincu plusieurs investisseurs qu’il avait trouvé une mine d’or énorme dans la vallée. Quand la mine a échoué à produire de l’or (puisqu’elle n’a jamais existé!), les investisseurs se sont désistés de leurs intérêts dans la mine, mais un seul investisseur, Albert Johnson, s’est pris d’affection pour le vaurien Scotty et pour la beauté étrangère de la vallée. Les deux hommes se sont liés d’amitié pour toujours, et Johnson a construit un « château » au milieu du désert, où il restait périodiquement. Scotty contribuait à peine à la construction du château, mais il est quand même connu comme « Scotty’s Castle » .

 

Bien que la vallée soit en plein désert, on trouve quand même un assortiment de flore et de faune qu’héberge le désert. Près des salants poussent avec ténacité le saltgrass, et des tamaris se blottissent autour des colonies humaines de la vallée. A la suite des pluies rares, des carrés de fleurs apparaissent comme par magie, dépérissant dans la chaleur assommante aussitôt qu’ils font leur apparition. Quant aux bêtes, il y a des mouflons, des baudets, une variété de rongeurs, et même soixante-dix-huit espèces différentes d’oiseaux.

 

Death Valley est un lieu d’extrêmes — c’est connu pour avoir le plus bas point au-dessous du niveau de la mer d’Amérique du Nord : le Badwater Basin, un marais salant qui se trouve à quatre-vingt-six mètres au-dessous du niveau de la mer. La vallée a atteint aussi la plus haute (et en fait la plus chaude !) température de l’air du monde en 1913 soit 57 degrés Celsius, qui reste encore aujourd’hui le record de température maximale de l’air du monde et de l’Amérique du Nord.

 

A mes yeux, cette vallée-ci est un endroit « alien » et austèrement beau, plein de mystère et de lieux encore non découverts, de fantômes du passé, de dangers dormants, et de la magie d’autrefois; je l’ai visitée quand j’étais très jeune et impressionnable et elle m’a laissée une marque indélébile. Elle reste mon lieu préféré dans le pays entier. Peut-être que je suis donc un rat du désert comme mon père après tout.

 

Sources:

https://www.nps.gov/deva/learn/historyculture/the-lost-49ers.htm

https://www.nps.gov/deva/learn/historyculture/death-valley-scotty.htm

https://www.britannica.com/place/Death-Valley

https://www.nps.gov/deva/learn/historyculture/harmony.htm

https://www.nps.gov/deva/learn/historyculture/twenty-mule-teams.htm

 

Photos:

By Roger469 – Own work, Public Domain, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=2605865

CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=53956

By World Wide Gifts – Flickr: USA – California – Death Valley, CC BY-SA 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=24572880

By Wing-Chi Poon – self-made; at Badwater, Death Valley National Park, California, USA, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=2897392

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *