Les Amérindiens, peuples autochtones du Canada

Par Isabelle Montgoméry

Le Canada est fier d’être l’un des pays les plus multiculturels du monde, mais une culture qui continue de lutter pour être acceptée est celle des peuples des premières nations. En fait, les Amérindiens vivaient heureux en Amérique du Nord depuis de nombreuses années avant que les empires britanniques et français  aient commencé à coloniser leur terre au XVe siècle. Cette colonisation a été motivée par le désir d’agrandir leurs empires, d’acquérir des ressources de la terre et de gagner du pouvoir. Au début, les peuples autochtones et les empires européens étaient alliés, créant de bons liens commerciaux entre les deux, mais avec la rivalité entre les Britanniques et les Français pour créer l’empire le plus puissant, les colonisateurs ont commencé à opprimer les Autochtones. Premièrement, ils ont isolé les peuples des premières nations sur des terres précises où ils devaient vivre, appelées des réserves.  Ils voulaient contrôler les Autochtones et les convertir en sujets fidèles à la monarchie et la meilleure façon de le faire était à travers la religion. Donc les colonies ont créé des écoles chrétiennes appelées les pensionnats pour les enfants autochtones. Là, ces enfants n’avaient pas le droit de parler leur langue maternelle ou pratiquer d’autres coutumes de leur culture. S’ils désobéissaient à cette interdiction, ils étaient punis d’une manière sévère par des châtiments corporels, des négligences et des abus sexuels. Pour mettre ces écoles en contexte, le dernier pensionnat à être fermé était en 1996. C’est très récent. Mais comment est-il possible que tant de colonisateurs aient pu justifier ce génocide culturel? En fait, c’est grâce au pouvoir du langage. En utilisant un vocabulaire déshumanisant pour faire référence aux peuples natifs, tel que “barbares”, “sauvages” et “les autres”, ils sont montrés comme des êtres qui valent moins que les colonisateurs, ce qui crée un sens de légitimité.

[Photographie d’élèves du pensionnat Fort Albany lisant dans une classe supervisée par une religieuse vers 1945.]

Ce que beaucoup de personnes ne réalisent pas est que le colonialisme a toujours des conséquences négatives sur les Amérindiens dans notre société.  Ces peuples ont eu tant de mal à s’adapter et à s’intégrer à notre culture essentiellement européenne. En fait, ils ont du mal à trouver leur identité car ils sont partagés entre deux cultures. Beaucoup ne s’intègrent pas à leur culture autochtone parce qu’ils n’ont jamais appris leur langue maternelle, alors qu’ils ne s’intègrent pas à la culture européenne en raison du racisme enraciné dans notre société à la suite de la colonisation. Cela  provoque chez les Autochtones une sorte de crise d’identité. Beaucoup sont déprimés et souffrent d’alcoolisme et de toxicomanie. La pauvreté entrave leur capacité à vivre en bonne santé, alors que leurs conditions de vie dans les réserves sont dangereuses et malsaines. En conséquence, le suicide est un gros problème dans la communauté. Ce racisme enraciné dans nos institutions que j’ai mentionné est très présent mais manque de représentation dans les médias. Par exemple, la police est une institution construite pour maintenir l’ordre et à maintenir la sécurité de la population. Cependant, ils ont tendance à rester à l’écart des réserves, car ils les considèrent comme un problème qu’ils ne veulent pas essayer de résoudre.  Les Autochtones restent vulnérables, en particulier les femmes. Les femmes risquent six fois plus que les non-autochtones d’être assassinées, et il y a un surplus de femmes autochtones disparues qui ne sont pas recherchées. De plus, la police laisse des Autochtones mourir de froid dans la neige au lieu de les aider, comme une manière de se débarrasser du problème. Il est clair qu’ils sont plutôt perçus comme des citoyens de deuxième classe que comme des membres de la communauté.

Les Amérindiens commencent à échapper à cette oppression, mais il reste encore beaucoup à faire. Le gouvernement canadien a officiellement présenté ses excuses aux peuples amérindiens et leur a donné une compensation financière telle que l’université gratuite et moins d’impôts. Tout cela semble vraiment génial et utile, mais en réalité, je ne le vois pas comme assez pour les aider. Ils n’ont toujours pas de voix autonome et les gens doivent commencer à écouter leurs besoins. Ce n’était qu’après l’université que j’ai commencé à apprendre les injustices sociales que subissent les Amérindiens et le manque de voix qu’ils ont. En fait, avant ça je n’avais appris que la « découverte du Canada » sous une connotation positive, plutôt que par le génocide culturel de la colonisation. J’ai alors commencé à reconnaître le manque de voix de ces gens. Même avec l’université gratuite, il n’y avait pas un seul Amérindien dans aucun de mes cours universitaires. Même s’il y a tellement de femmes autochtones disparues et assassinées nous n’en entendons pas parler aux nouvelles. J’utilise ma voix aujourd’hui pour vous informer sur les atrocités et les injustices subies par les peuples des Premières Nations et sur l’impact que cela leur inflige aujourd’hui, pour représenter ces personnes qui manquent de représentation et qu’ils utilisent ma voix pour leur bien.

[

La Marche des femmes 2018 lève les poings et tient des pancartes pour soutenir les femmes autochtones disparues et assassinées.

]

Sources :

https://www.erudit.org/fr/revues/ss/1991-v40-n3-ss3508/706543ar.pdf
https://www.liberation.fr/planete/2016/08/31/autochtones-le-canada-en-quete-de-verite-sur-ses-victimes-oubliees_1475789
https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1093456/autochtones-morts-violence-policiere-interventions-policieres-saskatchewan
https://www.theguardian.com/world/2017/oct/06/decades-after-government-seizure-of-children-indigenous-canadians-will-receive-compensation
https://www.theguardian.com/world/2015/jun/06/canada-dark-of-history-residential-schools
https://www.facinghistory.org/stolen-lives-indigenous-peoples-canada-and-indian-residential-schools/chapter-4/punishment-and-abuse
https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/723529/pensionnats-autochtones-genocide-culturel-selon-commission-verite-reconciliation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *