Le mariage des Turkmènes

par Yazmuhammet AKMAMMEDOV

Cela fait 13 ans que j’ai quitté mon pays, le Turkménistan, mais les souvenirs de mon enfance restent dans mon esprit. Grandir dans un petit village a été la meilleure chose que j’ai jamais eue dans ma vie. Comme la population de mon village était d’environ moins de mille personnes, nous nous connaissions tous. Plus de connaissances signifiait plus de cérémonies, surtout en été. Comme tout le monde était invité à chaque mariage, j’allais à presque tous les mariages comme tout le monde. Presque tous les mariages sont programmés à la fin de l’été en raison de facteurs météorologiques et économiques.

Avant le mariage

Tout d’abord, avant la cérémonie de mariage, l’accord entre la mariée et le marié et bien sûr leurs parents est important. Les mariés sont censés être de la même tribu (teke, yomut, göklen, yazyr et alili), mais ce n’est pas une obligation. Traditionnellement, les femmes se marient très jeunes. Il y a quelques années, le prix d’une mariée était payé, mais cette tradition n’existe plus. Les jeunes qui se marient en dehors de leur tribu ont parfois de gros problèmes De nombreux mariages sont traditionnellement arrangés par les parents ou par des marieuses, en particulier dans les campagnes. Les entremetteurs(ses)  doivent non seulement trouver des couples de la même tribu et du même endroit, mais aussi la bonne personne en fonction de son statut social, de son éducation et de ses autres qualités. La plupart des couples se connaissent et, dans ce cas, l’arrangement du mariage est inutile. La recherche d’un partenaire est une étape importante du mariage, car il est nécessaire de trouver une bonne épouse pour le fils. Les parents d’un jeune homme consultent généralement les hommes plus âgés qui sont des personnes très respectées, après avoir pris en compte les sentiments et les opinions de leur fils. Les facteurs sociaux et éthiques tels que la famille de la jeune fille ainsi que certaines qualités de la  jeune fille comme son attitude face au travail, la modestie, la chasteté et le sérieux sont pris en compte. Une fois qu’ils sont parvenus à un accord, ils commencent à planifier la cérémonie de mariage. Une fois qu’ils sont parvenus à un accord, ils commencent à planifier la cérémonie de mariage.

Cérémonie, coutumes et superstitions d’un mariage turkmène

Le jour de la cérémonie de mariage est établi selon les conseils des hommes âgés respectés, qui déterminent la date la plus favorable, en fonction de l’emplacement de certaines étoiles et planètes, et de la relation de la lune avec la terre. Le jour du mariage, le premier pas de la mariée dans la maison de son futur époux est très important et elle doit toujours entrer dans la maison par son pied  droit. Le même jour, la mariée qui s’entoure d’invités, met la main dans des bols de farine, d’huile et de miel qui symbolisent la prospérité et le bien-être. Cela signifie qu’elle sera une bonne cuisinière, qu’elle sera aussi bienveillante et que sa vie sera aussi douce que le miel. On lui brosse de la farine sur le front, et on brûle l’herbe sacrée appelée « yuzarlik » pour la protéger de l’ensorcellement. La tenue de la mariée est faite d’un beau tissu rouge traditionnel et sa robe est ornée de symboles censés protéger contre le « mauvais oeil».

Le jour du mariage, une fête de mariage est organisée par les parents du marié. Les invités se nourrissent de soupe d’agneau et de « plov » épicé, un repas traditionnel composé de riz, de viande, de carottes et de dattes. D’autres aliments sont servis. Les gens dansent, tandis que les chants traditionnels turkmènes sont chantés par des musiciens turkmènes. Après le dîner, les amis partent et la cérémonie de mariage se termine.

Si jamais vous allez au Turkménistan, n’oubliez pas d’assister à un mariage turkmène, si possible dans les régions urbaines.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *