Les festivités busó

par Inez Michnea

Mon  petit pays qui s’appelle Hongrie est situé au centre de l’Europe, est unique par sa langue et son identité culturelle sur le vieux continent Européen. Une nation qui a réussi à protéger ses traditions ancestrales malgré les changements de régimes et la perte de ses territoires.

Cet article est né pour vous faire connaître un carnaval masqué qui est particulier par sa perception dans le monde et qui m’a marquée depuis la première fois que j’ai eu la possibilité de le voir.

Le Busójárás (Busó signifie la personne masquée et járás signifie la marche) est une fête populaire de six jours qui se déroule dans la localité de Mohács  en  Hongrie et qui est né pour célébrer le fait d’avoir chassé l’hiver et de saluer le printemps. En plus, le carnaval accueille un concours de costumes pour les jeunes, une exposition folklorique et de l’art artisanal de fabrication de masques. Depuis 2009, cette coutume de carnaval a été ajoutée à la liste UNESCO du patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

1. Un busó

L’histoire

Ses racines sont originaires du folklore slave. Après que la localité de Mohács a  été libérée de l’occupation turque en 1687, une grande population slave s’est installée près d’une autre préexistante pour peupler les territoires vides autour de Mohács. Ce peuple a apporté la tradition des masques qui avec le passage du temps a été intégré dans la culture populaire hongroise. Les premières écritures sur cette coutume datent de 1783.

Est-ce qu’on parle d’un évènement sans danger ? Pas vraiment. Quelques documents du 19ème siècle parlent des périls du carnaval car il n’était pas recommandé de se trouver dans les rues puisque les festivités ont souvent fini dans la violence.  

Les fêtes ne manquaient pas d’alcool et, avec le déguisement complet de chaque busó, les violences ou le harcèlement des femmes n’étaient presque jamais punis.   

Le mythe

Le mythe populaire lié à l’occupation turque raconte une histoire dans laquelle, pour fuir des conquérants turcs, la population enragée s’est réfugiée dans les marais adjacents. Là-bas, ils ont préparé des masques effrayants, se sont habillés de grands manteaux en laine et ont fabriqué des instruments pour faire un bruit fort. Pendant la nuit, ils ont lancé une attaque pour les chasser de la région avec succès. Grâce à eux, les Turcs ne sont jamais revenus. 

Qu’est-ce c’est un busó ?

Leur objectif est de capter l’attention avec des performances dans les rues de la ville. Ils montrent leur transformation en bête effrayante et s’expriment librement avec des gestes et mouvements sans parler, tout en cachant leur identité réelle derrière le masque.

Le busó est un homme qui porte un masque sculpté en bois de saule et coloré en rouge avec du sang de cochon. Ces masques sont conçus par des artisans spécialisés dans cette tradition en respectant les particularités des formes et d’expressions qui apportent le sourire mais aussi la peur. Un autre élément de sa tenue est la fourrure de mouton attachée par une corde, sur laquelle sont placées quelques cloches d’animaux. En outre, un accessoire typique qu’il tient dans ses mains est la crécelle, un instrument de musique en bois. Le busó a son propre entourage, des protecteurs habillés avec  des morceaux de chiffon. Leur rôle est de tenir la foule, notamment les enfants, à distance des busós.

2. Les busós entourés par la foule

La période

 Comme la majorité de la région est catholique, les dates des festivités sont en concordance avec les coutumes religieuses. La période entre L’Épiphanie (6 janvier) et le mardi gras (date de fête changeante du 4 février au 10 mars) marque un intervalle de fêtes et de grands repas dans la plupart des cultures européennes, dont la période des carnavals.

Le déroulement : 

Le carnaval est un événement qui se déroule en plusieurs étapes :

·       Le défilé dans les rues principales vers le centre-ville

·       Le débarquement des busós qui arrivent de la rivière Danube  

·       La mise à l’eau du cercueil du carnaval pour se débarrasser de la période froide de l’hiver

·       La préparation d’un bûcher sur la place centrale

Avec l’arrivée de centaines de busós dans des barques sur le Danube, le défilé commence en parcourant la localité accompagné de chars ornementés et tirés par des chevaux ou véhicules. Ils sont suivis par la mise en feu d’un cercueil noir symbolisant l’hiver qui est lancé dans la rivière. Enfin à la tombée de la nuit, un feu de joie est préparé par la foule sur la place principale de la ville où ils continuent les célébrations avec la danse et la musique traditionnelle. 

3. Le défilé des busós

Le Busójárás est un événement inoubliable si on a de la chance d’y participer au moins une fois dans sa vie. L’énergie vibrante de la foule, la musique et les hommes masqués donnent l’espoir et l’énergie après un hiver gris et froid. Néanmoins, cette célébration fait partie d’une culture riche en éléments folkloriques qui sont tous présents à Mohács une fois par an. 

Ressources:

https://ich.unesco.org/fr/RL/les-festivites-buso-de-mohacs-une-coutume-de-carnaval-masque-marquant-la-fin-de-lhiver-00252?RL=00252

https://hu.wikipedia.org/wiki/Bus%C3%B3j%C3%A1r%C3%A1s

https://www.mohacsibusojaras.hu/busojarasrol/busojaras-tortenete/

Ressources photos:

  1. https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=87557148

3. https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=8471936

2. https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=87557149

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *