La folie de mars aux États-Unis

Par Daniel LEE

Chaque mars, les employeurs américains remarquent un changement dans le comportement des employés – l’augmentation du nombre de jours de maladie utilisés et des pauses du déjeuner prolongées et même le report des conférences téléphoniques pour regarder « March Madness » (la folie de mars). Le phénomène est si fort que les pertes de productivité des entreprises totalisent environ 6,3 milliards de dollars.

La March Madness est le tournoi à élimination directe, qui détermine le championnat national du basket universitaire. Il a été créé en 1939, commençant avec huit équipes. Au fil du temps, il a grandi en taille et il est devenu l’un des évènements sportifs le plus populaire aux États-Unis. Diffusé partout dans le monde, et regardé par des dizaines de millions de personnes, seul le « Super Bowl » le dépasse en popularité. L’Université de Californie de Los Angeles détient le record du plus grand nombre de championnats, ayant gagné le tournoi onze fois.

Mon équipe préférée est le « Texas Longhorns », parce que c’est l’université de mes parents, et parce qu’elle est située dans la ville où j’ai grandi. Je suis allé à certains des matchs de « March Madness » dans lesquels ils ont joué, et l’intensité de ces jeux est beaucoup plus élevée que lors de leurs matchs réguliers. Aller à ces matches étaient certains de mes souvenirs d’enfance les plus chers.

Aujourd’hui, 68 équipes sont invitées, et il a lieu et des sites neutres à travers les États-Unis, au cours de trois semaines. Les équipes sont choisies par un comité, qui les place toutes dans un « bracket » (un tableau d’équipes). Le « bracket » consiste en 4 régions de 16 équipes, avec chaque équipe classifiée de 1 à 16, à partir de critères évalués par le comité. Les gagnants de chaque match passent à la phase suivante, jouant l’équipe prédéterminée par le « bracket », jusqu’au « Final Four » (les demi-finales et la finale), où le champion est déterminé.

Comme avec tous les grands événements sportifs, il existe de nombreuses traditions et coutumes associées à la March Madness. On appelle une équipe d’une petite université qui a un classement bas mais qui avance plus que prévu dans le tournoi une équipe de Cendrillon. Un bon exemple est celui d’une équipe classée 16ème, l’Université de Maryland Baltimore, qui a vaincu l’Université de Virginie, une équipe de premier rang, une vraie surprise parce que ce n’était jamais arrivé auparavant.

Un autre phénomène associé avec la March Madness c’est de remplir les « brackets » (des bulletins pour parier) en devinant les gagnants de tous les 63 matches. Il y a plusieurs concours lucratifs, donc l’activité est devenue commune même pour ceux qui ne regardent pas le basket. On estime qu’environ 40 millions de personnes participent aux concours individuellement ou dans des groupes du bureaux, avec environ 10,4 milliards de dollars misés chaque année.

Moi, j’ai rempli au moins un « bracket » chaque année pendant les 18 dernières années, en compétition contre mes amis principalement pour le plaisir de gagner. Bien sûr, je choisis le Texas pour gagner plus de matches que ce qui est raisonnable, mais cela me donne encore plus de raisons de les encourager. Participer à une compétition de « bracket » rend chaque match intéressant, même si on n’a jamais entendu parler des équipes qui jouent.

En raison de sa conception, où même les favoris peuvent être éliminés au premier tour, la scène, à la fois dans les stades et devant les télévisions dans tout le pays est vraiment dingue. La « March Madness » est un événement sportif incontournable, et elle ne devrait être manqué par personne qui a la chance de la voir.

Sources:
https://goo.gl/ggJ6Dk
https://goo.gl/fvrTKf
https://goo.gl/i7Mvnz

Photos
https://goo.gl/fpCJ2y
https://goo.gl/K9Vz9t
https://goo.gl/fLgDC3
https://flic.kr/p/68krCB