Né avec une rame dans les mains

Né avec une rame dans les mains

par  🙂

J’ai entendu, il y a longtemps, que les Féroïens étaient nés avec une rame dans les mains. Le proverbe ne tient bien sûr pas la route pour tout le monde aux Îles Féroé mais il y a une relation spéciale entre le peuple et ses bateaux. On peut dire que cela vient naturellement quand la ressource halieutique représente 90% des exportations et que la plus grande partie de territoire gouvernée par les îles est maritime. Donc personne ne sera surpris quand je dis que le sport national est la course de vitesse d’aviron.

Les barques à rames ont été utilisées pendant des  générations pour faire la pêche aux Îles Féroé. A un  moment donné les vieilles méthodes de pêche  sont devenues obsolètes et remplacées par des bateaux plus grands et efficaces. Au fur et à  mesure les barques sont réaffectées pour les compétitions dans des festivals. Au début les bateaux disponibles ont été utilisés pour concourir mais petit à petit des bateaux spéciaux sont construits pour lce nouveau sport.

Les bateaux sont construits pour subsister dans des certaines conditions climatiques, car les entraînements et les compétitions  peuvent tomber sur une journée de mauvais temps. On peut mentionner qu’il y a un climat océanique aux îles avec 210 jours de pluie, si bien que c’est très probable de concourir avec le  mauvais temps. Mais ils sont aussi construits   en respectant leurs origines : ils sont construits entièrement de bois. En raison de cela ils sont bien plus lourds et lents par rapport aux bateaux d’aviron français qui sont le plus souvent construits de matériau composit. Pour rendre la compétition plus intéressante et plus accessible, elle a été raccourcie à une course de vitesse de 1000 mètres, la moitié de la compétition française la plus courte.

By Eileen Sandá – Own work, CC BY-SA 3.0. 

Chaque bateau est peint avec les couleurs du club auquel il appartient, quelques clubs ont aussi une étrave spéciale*. Par exemple les bateau de HR sont tous blancs avec un liston bleu et l’étrave en forme d’un dragon, ceux de RK sont bleu avec un ligne bleue sous le liston.  

By Eileen Sandá- Own work, CC BY-SA 3.0,

By Eileen Sandá Own work, CC

Aux Îles Féroé il y a sept compétitions annuelles qui se tiennent pendant des “stevnur” (au singulier stevna ) qui sont des festivals d’été où l’aviron sont le plus souvent l’attraction principale. Les « stevnur » se tiennent dans des villes et villages différents autours des îles presque chaque week-end de juin et juillet. Chaque bateau obtient des points selon  son placement dans la course, le bateau avec le plus de points gagne le tournoi annuel. Tout se conclut pendant la fête nationale Ólavsøka, où les bateaux se battent entre eux pour la victoire la plus importante. Les vainqueurs ce jour-là sont célébrés autant que les vainqueurs du tournoi, donc c’est là où la course est le plus dur et où il y a le plus de spectateurs.

Même si les compétitions féroïennes ne sont pas aussi grandes que les françaises, des rameurs féroïens, de tous âges, versent leur sang, leur sueur et leurs larmes pour être vainqueurs et pour cela je trouve ce sport  impressionnant. J’y ai participé six ans et nous avons obtenu des résultats mitigés, nous avons perdu et nous avons gagné. Maintenant je ne pratique plus  mais chaque année je suis le concours pour voir si mon bateau ou mon club  gagne ou pas et je célèbre le gagnant de Ólavsøku et du tournoi annuel.

 

*une étrave est  une grande pièce de bois ou métal qui termine la coque vers l’avant en formant la proue d’un navire

Sources

https://en.wikipedia.org/wiki/%C3%93lavs%C3%B8ka

https://en.wikipedia.org/wiki/Rowing_(sport)

https://en.wikipedia.org/wiki/Faroe_Islands

Photos

https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=16037399

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Olavsoka_2010_Boat_Race_Women_6-oar_rowing_boats.JPG

https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=15640723