Le cosmopolitisme de Trinité-et-Tobago

Le cosmopolitisme de Trinité-et-Tobago

par Jamila Jacob

Le pays de Trinité-et-Tobago est un état constitué par deux îles dans la Mer des Caraïbes. La population totale de ces deux îles ne compte plus de 1,5 million, mais l’histoire des habitants, et leurs ascendants, est assez riche et profonde. L’histoire de Trinité-et-Tobago consiste en un collage fabriqué en matériaux de plusieurs types et d’origines variées. Les îles étaient habitées par quasiment tous les groupes ethniques, premièrement avec les indigènes qui occupaient la terre jusqu’à l’invasion exploiteuse de Christophe Colomb et des Espagnols.

Je suis  passionnée par  ce sujet, non seulement car je suis patriote, mais aussi car  je suis fière d’être construite de plusieurs groupes ethniques. Mes racines sont très diverses :  africaines, indigènes, espagnoles et chinoises.

Comme d’autres régions aux Caraïbes, deux groupes principaux, qui s’appellent « Kalinagos» et « Tainos » vivaient sur les îles. Ils ont créé la base de la culture trinidadienne à propos des traditions culinaires, des éléments sociaux comme les noms des endroits (les rues, les villes et les régions) et de la langue (les mots du dialecte trinidadien).

Ensuite, l’arrivée de Christophe Colomb et les Espagnols en 1498 a apporté une forte influence à plusieurs éléments historiques, culturels et « sociopolitiques ». Tandis que la majorité de la population indigène était éliminée à cause des affrontements violents avec les Espagnols, le surmenage, le suicide et les maladies qui ont été répandus par les Espagnols et  leurs animaux ; il y a eu un métissage des deux groupes ethniques pour créer les « mestizos » (européen + indigène).

les Européens et les Indigènes

Cependant, l’occupation espagnole n’a  pas modifié seulement les racines du peuple de Trinité-et-Tobago, mais cela a formé aussi la fondation « sociopolitique » et économique des deux territoires qui sont devenues ensemble un état républicain.

En 1498, Trinité est devenue officiellement une colonie espagnole. Suite à la décimation des indigènes, en Amérique et aux Caraïbes, les Européens devaient trouver une autre source de main-d’œuvre et par conséquent, la traite transatlantique des esclaves a émergé. L’esclavage est un grand phénomène qui a influencé la démographie du pays de manière puissante. Les produits principaux comprenaient le cacao et le coton mais la canne à sucre est devenue le produit premium. Comme la demande de ce produit pour les pays métropolitains augmentait et l’industrie était sur le point d’exploser, l’installation forcée des esclaves africains augmentait aussi. Mais, malgré l’assimilation culturelle forcée, les Africains ont apporté et retenu quelques éléments de culture et tradition à propos de la nourriture, la religion, les arts et la langue créole. 

En 1783, la Couronne espagnole a mis en place le système du décret ou «Cédula» qui a attiré des planteurs français pour implanter des entreprises de la canne à sucre à Trinité. La capitale, Port d’Espagne (Port of Spain), était très active car tout le monde créaient des activités économiques. L’arrivée des Français a ajouté un autre « ingrédient » au mélange de la population multiculturelle des deux îles (Trinité-et-Tobago). Le métissage entre les Français et les Africains a créé des mulâtres ou des «créoles». Également, la présence française a influencé la création de beaucoup de traditions du Carnaval qu’on observe aujourd’hui. Ils étaient essentiels aussi pour former la langue créole de base française, le «patois», celle qui était utilisée par les Africains pour communiquer. Malheureusement, le patois français n’a pas été retenu, mais il y a quelques mots et phrases qu’on utilise toujours.

En 1797, la Trinité a été conquise par la Grande Bretagne et elle est devenue une «Crown Colony» (Tobago est devenue une partie officielle de la colonie Trinité-et-Tobago après un processus d’annexe entre 1883 et 1899). Les Britanniques continuaient avec l’exploitation de la canne à sucre, mais en 1838, l’industrie a changé avec l’abolition de l’esclavage. L’administration a vécu une diminution de la main d’œuvre car, logiquement, la plupart des Africains libres ne voulaient pas travailler sous son nouveau système de «métayage».

Pour essayer de récupérer d’une période de dépression économique, les Britanniques ont cherché des travailleurs parmi d’autres colons caribéens, d’Afrique, d’Inde, de Chine et de Portugal par un plan d’immigration. Ce plan n’a pas réussi sauf avec les Indiens qui se sont installés à grande échelle à partir de 1844, une période qui a marqué le début du système d’apprentissage ou «Indentured Labour». Les Indiens ont contribué à la fondation culturelle de Trinité-et-Tobago avec la religion (l’hindouisme et l’islam), la nourriture, la langue et les arts.

Au début des années 1900, l’industrie du sucre a vécu un décalage qui a catalysé sa fin éventuelle. Cependant, l’expansion de la composition socio-économique et historique continuait. Pendant les années 1930, les Syriens et Libanais, qui étaient en fuite à cause de la persécution religieuse, sont arrivés à Trinité-et-Tobago. Aujourd’hui, ils font un pourcentage minoritaire de la population du pays et la majorité s’occupe des entreprises comme des grands supermarchés et centres commerciaux.

Tandis que la composition ethnique changeait, la structure politique évoluait. En 1946, le suffrage universel a été établi.  En 1962, grâce aux actions des hommes politiques trinidadiens, principalement Dr. Eric Williams, l’Indépendance a été proclamée (Williams est devenu le premier Premier ministre du pays). 

Dr. Eric Willliams. Premier Premier ministre

Quelques années suivantes en 1976, le pays de Trinité-et-Tobago est devenu officiellement une république. Même si la colonisation britannique a est terminée, quelques éléments de cette histoire vivent dans notre structure politique et législative, le système d’école, la langue et l’architecture.

 

 

 

 

 

 

 

Aujourd’hui, nous profitons d’un pays qui est caractérisé par la diversité et la tolérance. Chaque groupe a joué un rôle important pour fonder la culture que nous partageons au à présent.

Malgré la superficie assez petite et une population qui ne compte que de 1,5 millions, l’histoire de Trinité-et-Tobago est assez riche et même aujourd’hui elle continue à évoluer.      

 

 

 

Les sources du  texte

http://www.caribbean-atlas.com/fr/thematiques/vagues-de-colonisation-et-de-controle-de-la-caraibe/vagues-de-colonisation/l-ile-de-trinidad-1498-1962.html

http://www.triniview.com/TnT/Baltic.htm

https://www.natt.gov.tt/sites/default/files/pdfs/The-Rise-and-Fall-of-King-Sugar.pdf

 

Les sources des photos

www.gettyimages.com

www.wikipedia.com

www.looptt.com

www.cnc3.com