Le 18 au Chili

                                         Par Alvaro Munizaga

Les fêtes  patriotiques au Chili, plutôt connues comme  « el dieciocho » (le dix-huit), sont avec Noël, les fêtes les plus importantes du Chili. Au début, on célébrait la commémoration de l’établissement où on a réalisé le premier conseil national du gouvernement en 1810. Après, la célébration de cette fête a correspondu au processus d’indépendance qui n’est arrivé qu’en 1818. Aujourd’hui, à tort, beaucoup de gens croient que cette fêtes  a comme origine le jour de l’indépendance du Chili, mais en tout cas, elle se rapporte à cet évènement. Le jour suivant, le 19 on célèbre le jour de la gloire de l’armée du Chili.

jorge paredes

Pendant ces fêtes on ornemente les maisons et les rues avec de drapeaux et de guirlandes aux couleurs du drapeau. C’est normal pendant ces jours d’entendre de la musique traditionnelle chilienne partout et dans certaines maisons, elle est très forte, ce qui permet l’entendre de loin. C’est pareil avec les odeurs de la viande grillée, car dans presque tous les cours des maisons, il y a une soirée, et ceux qui n’ont pas de cours, n’ont pas de soucis de monter le gril dans la rue en face de chez eux.

Les fêtes patriotiques pour les Chiliens est un moment pour se rencontrer avec la famille et les amis, et aussi pour se rappeler certaines traditions chiliennes, comme les jeux, les plats et les danses. Ces fêtes, sont attendus  anxieusement par tous les Chiliens, car ils sont pratiquement en vacances, un moment pour se reposer, pour se retrouver, pour boire et célébrer et bien sûr, pour voyager et visiter la famille. Officiellement les jours fériés sont le 18 et le 19, mais habituellement on étend la fête pendant presque une semaine ou la semaine entière, cela dépend des jours où tombent le 18 et le 19. Par exemple si le 18 tombe un mardi ou un mercredi, on prend la semaine entière mais si le 18 tombe un jeudi ou vendredi, probablement on ne prend pas toute la semaine.

Dans cette fête un des évènements le plus important, c’est l’installation des « ramadas », « fondas » et « pampillas », dans tout le pays. Celles-ci consistent en des constructions à l’air libre, en matériels naturels, principalement branches (ramas), et là on trouve de la place pour danser la « cueca », la danse nationale, des stands pour jouer les jeux traditionnels, manger les repas traditionnels, et aussi dans les « ramadas », plus grandes, on installe des jeux de parc d’attraction.

Pendant ces fêtes certaines personnes s’habillent avec le costume traditionnel des paysans, dénommés « huasos », pour danser « la cueca », danse qui est plus gracieuse si on porte ce costume, et pour aller au « ramadas » ou aux différents événements.

Claudio Sepúlveda Geoffroy

Les jeux typiques qu’on pratique pendant les fêtes et certains continuent pendant tout le mois de septembre, sont :

« el trompo », une toupie en bois qu’on lance par terre avec une corde. Les jeux sont divers comme abattre la toupie d’autre, le lancer dans un cercle dessiné par terre, pousser une monnaie avec la toupie et la déplacer en dehors d’une limite préétablie.

« el palo ensebado », un bâton de 5 à 6 mètres et d’environ 20 centimètres de diamètre, enterré et engraissé. Le joueur doit monter et prendre un prix attaché dans son sommet.

« carreras a la chilena », des courses de chevaux sans monture, sans éperons et des brides, les chevaliers se tiennent seulement par les poils de l’animal pour ne pas tomber.

Andrea Jara Saavedra

« el volantin », compétitions de cerfs-volants. Comme c’est un jeu très antique, il est pratiqué par tout le monde.  Au Chili ce jeu a une réputation très importante et une relation très forte avec les fêtes patriotiques. Ceci peut être dû à la date, à  laquelle au Chili le vent est plus fort et les conditions pour les élever sont les plus appropriées.  En fait, en septembre on peut regarder le ciel chilien occupé de cerfs-volants partout. Les autres jeux sont « la rayuela » la marelle, « el emboque » le bilboquet, « tirar la cuerda » tir à la corde et « carreras en saco » la course en sac.

Ces jeux parmi d’autres, ne sont pas nécessairement  d’origine chilienne, mais sont très représentatifs pour cette date, et presque tous les enfants y jouent, peut être à l’école, chez eux, dans les rues, pendant les sorties familiales ou dans « las ramadas ».

Les repas typiques pour cette fête  sont « el asado » la viande grillée, « las empanadas », la préparation chilienne est avec de la viande hachée , des œufs  cuits, des olives, de l’oignon, de l’ail et plusieurs condiments, « los choripanes con pebre», on utilise du pain chilien qui s’appelle « marraqueta » avec une saucisse et on peut ajouter du « pebre », qui est une préparation de tomate, oignon, piment oiseau, ail, coriandre fraîche, huile d’olive, sel et poivre,  « los anticuchos », plusieurs types de viande grillée et petits morceaux d’oignon enfilés sur un bâton, « la chicha », boisson alcoolique comme le vin mais de préparation plus rustique, et pour ceux qui veulent manger des légumes, il y a de la « ensalada a la chilena », tomate, oignon et coriandre et « papas mayo », pommes de terres avec mayonnaise.

Enfin, c’est une fête très chilienne, dans laquelle nous sentons des arômes délicieux, surtout celui de la viande grillée, nous regardons des « volantines » qui teignent le ciel de plusieurs couleurs, nous entendons  la musique typique chilienne partout, nous dégustons de bonnes « empanadas »  et de la « chicha »,  nous dansons, nous jouons, nous partageons en famille, nous rions et nous profitons de ces bons moments.

Mes sources:

http://www.oresteplath.cl/antologia/origyfolc.html

https://fr.wikipedia.org/wiki/F%C3%AAtes_patriotiques_au_Chili

http://www.chile-excepcion.com/guide-voyage/calendrier-evenements/septembre-fiestas-patrias

https://www.flickr.com/creativecommons/

Holi, Fête des Couleurs

 Par Jatin Bhatia

Tout d’abord, Holi, parfois appelée fête des couleurs ou Phalgunotsava, est une fête de l’hindouisme célèbre de printemps. L’origine de ce festival est un sacre du printemps et une célébration de la fertilité. Cette fête est célébrée dans toute l’Inde durant deux jours au cours de la pleine lune du mois de Phalguna qui se passe au mois de février ou au mois de mars.

Le Feu de “Holika”, Udaipur, Rajasthan, INDE ( Source: Wikipedia.org )

En premier lieu, en Inde, cette fête symbolise l‘unité, l’harmonie et l’amour. Pendant les deux jours de cette fête de couleurs, tout le monde prépare plusieurs plats et desserts à la maison. La nuit du premier jour de cette fête, on commence la célébration en allumant le feu qui est connu sous le nom de “Holika Dahan” autour duquel se rassemblent les gens du quartier. C’est le moment où on accomplit des rituels religieux et où on prie pour anéantir le démon qui est tapi au fond de nous. Cette fête nous donne l’occasion de remercier Dieu pour avoir créé ce monde formidable. Le lendemain matin est célébré “Rangwali Holi”, “fête des couleurs”. C’est le moment où tout le monde joue à se pourchasser et à se jeter les couleurs les uns sur les autres avec de la poudre sèche et avec de l’eau teintée. Ce jour-là existe une grande frénésie à travers toute l’Inde. Même ceux qui ne veulent pas participer à la fête sont entrainés par cette frénésie générale. Les gens se jettent les couleurs en disant “Bura na Mano! Holi hai” , “ Ne soyez pas fâché!, c’est Holi”.

Les pigments qu’on utilise symbolisent ; l’harmonie pour le vert, l’optimisme pour l’orange, la vitalité pour le bleu et le jeu et l’amour pour le rouge.

Holi est une des célébrations les plus anciennes depuis l’antiquité et à cette occasion, on partage des plats et des desserts avec des amis et la famille. Il y aussi une boisson traditionnelle qui s’appelle “Bhang”. Cette boisson est préparée avec les feuilles et la tige du chanvre indien.

Célébration de Holi au temple de Shree Radha krishna, Spanish fork, Utah, Etats-Unis
( Source: Wikipedia.org )

Depuis des décennies, une légende explique pourquoi Holi est considéré comme la fête des couleurs. Le mot Holi vient de “Holika”, la méchante soeur du roi démon “Hirankashyapa”.

Il est devenu arrogant après avoir obtenu le pouvoir d’être indestructible. Il se considérait comme un dieu et demandait à tout le monde de l’idolâtrer.

Le fils de Hirankashyapa était en désaccord avec son père et il a été confié au Dieu Vishnu, ce qui a déplu à Hirankashyapa. Ce dernier a ensuite essayé plusieurs fois de tuer son fils mais a toujours échoué car Vishnu était avec lui. À la fin, un jour de pleine lune, le dieu Vishnu est descendu sur la terre et a tué Hirankashyapa.

À partir de ce jour-là, on célèbre cette fête au début du printemps,un jour de pleine lune.

En dernier lieu, pour les Indiens, ce festival commémore la victoire de la lumière sur la noirceur, du bien sur le mal, de la connaissance sur l’ignorance, de la vie sur la mort. C’est la célébration de la lumière éternelle. Cela nous permet de chasser la haine, de réduire l’écart entre les pauvres et les riches, de répandre l’amour et la fraternité à tout le monde. On essaie toujours de trouver des moments de la vie dans lesquels on peut saupoudrer le bonheur.  

 

Sources :