Des saveurs uniques et remplies d’histoire: le cacao du Vénézuela

Des saveurs uniques et remplies d’histoire: le cacao du Vénézuela

Par Andreina Chaguan

Le Vénézuela est plus que le pays du pétrole et de la crise politique. Plusieurs trésors restent inconnus par la plupart des personnes, et dans cet article nous allons explorer un bijou pour les amoureux du chocolat: le cacao vénézuelien.

Un aliment ancestral

Le cacao est le fruit de l’arbre appelé cacaotier, dont le nom scientifique est Theobroma cacao qui en grec signifie « la nourriture des Dieux ». Il est originaire d’Amérique Latine, où historiquement se trouvent des espèces ancestrales du cacao qui sont uniques au monde. Son pays d’origine spécifique a été sujet de débat et d’investigation. Une étude de l’université de Pennsylvanie en 2007 montre que le cacao vient d’Honduras. En plus, l’étude montre que le type de cacao appelé « Criollo », le plus fin de tous et que nous allons expliquer avec plus de détails après, vient du Vénézuela.  

Ainsi que les Aztèques, les peuples indigènes vénézueliens ont utilisé le cacao comme offrande aux Dieux dans leurs rituels et cérémonies, comme monnaie, et comme ingrédient principal pour préparer une boisson médicinale, cosmétique et religieuse appelée « chacote ».

 

 

Un produit économique

Après l’arrivée des Espagnols le cacao est devenu un produit très demandé en Europe et dans le continent américain en général. La première exportation du cacao du Vénézuela a eu lieu en 1607. La production a été contrôlée par les descendants Espagnols qui appartenaient au groupe social de l’élite dénommé « Mantuanos ». Les Mantuanos ont obtenu un niveau de prestige et de richesse tellement hauts grâce à l’exportation du cacao qu’ils étaient appelés « los grandes  cacaos ». La famille du Simon Bolivar par exemple, le grand émancipateur des colonies espagnoles en Amérique du Sud, a été un des « los grandes cacaos ». Le cacao est resté le principal produit d’exportation du Vénézuela jusqu’au XIXème siècle où il a été remplacé par le café.

Une plante d’une variété génétique remarquable 

Le Vénézuela est reconnu par le grand nombre de variétés ancestrales de cacao, c’est-à-dire des mélanges génétiques créés par la nature et pas par l’homme pour augmenter la productivité, comme c’est le cas de plusieurs pays de l’Afrique.

En général, il y a trois familles principales de cacaotiers au monde: le Forastero, le Trinitario et le Criollo. Nous pouvons trouver les trois au Vénézuela, notamment plusieurs variétés du Criollo ou cacao fin, qui produit les fèves de cacao les plus douces et qui représente moins de 4% de la production mondiale. Résultat : il est le plus demandé et cher sur le marché international du chocolat. Le Vénézuela est le pays dont  la biodiversité du cacao Criollo est la plus importante du monde. Un exemple d’une variété ancestrale du cacao Criollo du Vénézuela très réputée au marché international est le « Porcelana » ou porcelaine en français, qui est connu pour ses saveurs de miel, mélasse et noix. Des chocolateries françaises comme A. Morin et Bonnat présentent ses produits avec la marque distinctive de cacao « Porcelana » du Vénézuela.  

 

 

Une opportunité pour le talent vénézuélien en France

Dans un petit coin du 9ème arrondissement de Paris, les Vénézueliens Sabrina et Andres* transforment le cacao ancestral d’Amérique Latine pour obtenir des chocolats délicieux et éthiques depuis 2015. Ils achètent le cacao directement aux petits producteurs locaux en Amérique Latine pour garantir la qualité du cacao, payer un prix juste, et contribuer à la protection de l’environnement. Bien qu’ils ne travaillent plus avec du cacao vénézuelien, depuis 2017 les conditions d’exportation du cacao du Vénézuela s’étant détériorées, ils montrent fièrement la médaille d’or qu’ils ont gagné à la grande finale des « International Chocolate Awards » en 2016 avec un chocolat fait du cacao criollo du Vénézuela. Ils racontent comment  les consommateurs français préféraient le cacao vénézuelien qu’Andres sélectionnait scrupuleusement grâce à son expérience de plus de 13 ans dans le domaine «Bean-to-Bar» ou « De la fève à la tablette».

 

 

 Un douce souvenir de mon pays 

Comme presque tous les Vénézueliens, j’ai grandi en écoutant que le chocolat du Vénézuela était le meilleur du monde mais je ne m’étais jamais demandée pourquoi. Aujourd’hui je comprends que la génétique du cacao vénézuélien est très spéciale,  mais je sais aussi que nous devrons travailler durement dans le futur pour rattraper le progrès des autres pays producteurs du cacao. 

Je ne me considère pas comme une fan du chocolat, ce qui surprend et parfois offense mes amis, mais j’adore trouver des petits détails dans ma vie quotidienne qui appellent ma gratitude. La saveur du chocolat vénézuelien, celle que j’ai tenue pour acquise toute ma vie, maintenant loin de mon pays, me rappelle l’importance d’être reconnaissante de mes origines.  

* Si vous voulez mieux connaître le travail en France de Sabrina et Andres cliquez  ici 

Sources:

Photos

http://www.arachocolat.com/

https://www.needpix.com/photo/401623/cocoa-bag-chocolate-beans-venezuela-sweets

Information

https://vivaelcacao.com/es/historia/

https://www.chococlic.com/Le-Cacao-Criollo-Cacaoyer_a1237.html

https://chocolatesstmoritz.com/historia-del-cacao-venezolano/

https://www.clubdelchocolate.com/214-cacao-porcelana.html